Bon... J'ai un passage à vide... j'arrive plus à dessiner... J'arrive encore à faire des gribouillis sur des coins de feuilles mais ça va pas plus loin. Tout ça pour dire que je préfère expliquer mon projet de voyage à Okinawa par écrit, ça ira bien plus vite et ça m'évitera moult crise de nerfs. Donc ceux qui s'en foutent, vous pouvez dégager, les autres, c'est gentil de rester, moi aussi j'vous aime.

Pour commencer, résumons la situation. Mike (mon cher et tendre), pratique le karate avec assiduité depuis plus de 10 ans. Il y a 4 ans, on lui avait proposé de faire Ushi Deshi (élève interne dans un dojo) à Okinawa. Ce projet avait été avorté suite à une fracture du bras. L'idée est revenu le hanté il y a peu de temps, et il a contacté beaucoup de karatekas, anciennes relations, maîtres... pour se renseigner sur la question. La chose est cependant plus difficile à réaliser car il m'emmène avec lui mais que je ne pratique pas le karate.

Après deux semaines de recherche, on a pris contact avec Patrick Rault, un maître français assez influent qui nous propose un appartement à Okinawa, des contacts avec les maîtres, et même un job dans l'interpretariat ou l'enseignement pour moi !  En échange, il veut faire de Mike son disciple officiel et peut être même son successeur ! Evidemment, ça demandera un entrainement intensif avant le grand départ, ce qui m'amène à vous parler de l'aspect chiant du projet.

Monsieur Rault propose d'entrainer Mike pendant un an avant notre départ. Le soucis c'est que le bougre habite à Perpignan...et nous à Angoulême. Un p'tit déménagement, c'est pas la mort, me direz vous, mais ça implique un peu plus que ça pour moi. Je vais devoir laisser tomber mes études aux Beaux arts à Angoulême alors que j'en ai chié pour y entrer, apprendre le japonais toute seule dans mon coin parce qu'aucune fac de Perpignan n'enseigne cette langue, trouver quoi faire la bas, est ce que je bosse  ? est ce que je vais à la fac juste pour un an ? pour étudier quoi ? est ce que retourner à la fac alors que j'avais déjà laisser tomber il y a deux ans ne serait pas comme une putain de regression ? est ce que je serai pas dans la grosse mouise si jamais ce voyage est avorté ?

Bref... tout un tas de question que je me pose parce que je suis du genre à angoisser quand il s'agit de s'investir. Ajoutez à cela la peur de decevoir mes parents avec mes projets débiles, de ne pas être à hauteur de ce qu'on me demandera (genre prof de français au japon à 22 ans ?!!! J'peux faire ça moi ?!!) de perdre mon temps, de tout foirer...

En même temps, je suis consciente que ce voyage est une opportunité énorme et que c'est bien plus enrichissant qu'une quelconque année d'étude en france. Il faudra que je me fasse violence. ça sera pas simple.

Voilà tout, j'me suis un peu emportée dans cette explication. Mais ça m'épargne de longues notes mal dessinées et pas marrantes ! J'vais pouvoir dessiner autre chose !

See you !